Revue du vitiweb: entreprise de démolition

Indiscutablement, bien que tous le discutent, la France est le pays du vin. Et le vin est affaire de tradition. En plongeant dans la pléthore de publications viticoles, le gourmand découvrira que  le vin ne peut plus être produit et savouré qu’en suivant les règles de sa chapelle, qu’elle soit ancienne ou nouvelle. Ce dit gourmand pourrait très vite se détourner des vins français pour d’autres, connotés moins « prise de tête », voir faire un trait sur la dite boisson.

guillaume_nicolas-brion_vin_orange

Guillaume Nicolas-Brion (AIA/Rue89)

Histoire de garder le plaisir de boire, certains n’hésitent pas à clamer que les règles, on s’en fout.

Déjà, parce que certaines ne sont pas logiques. Guillaume Nicolas Brion clame qu’il y a « des accords à la con », arguments, convaincants, à l’appui. Ceux qui trouvent le duo liquoreux-foie gras aussi écœurant qu’un cocktail à la tagada se sentent moins seuls.

pinardothèque

La pinardotheK: parce que le vin n’est pas sérieux

 Sand ne tardera pas à se faire autant d’ennemis que son homonyme en son temps. Elle partage avec la sulfureuse George la condition de femme – ciel, une femme qui ose parler de vin – et la manie des’attaquer à l’inattaquable. Avec ceci de particulier que sa cible, le vin nature, est auréolée de toutes les vertus. Une chapelle dont le clergé refuse inébranlablement de remettre en cause ses dogmes.

Nuançons

Les réalisateurs de la série de reportages Vins à la carte, diffusée sur Arte, oeuvrent avec moins de virulence. Leur caméras voyagent entre les viticulteurs novateurs, les héritiers de traditions séculaires et ceux qui se réclament de traditions ressuscitées. Des allers-retours bénéfiques dont la conclusion à tirer est très banale. Un buveur n’a à classer les vins qu’en deux catégories: ceux qui lui plaisent et tous les autres.

Publicités

Revue de web: les Français se préparent à jeuner

Tout a commencé avec cette affaire de lasagnes et un scandale sur la viande (de bœuf; la viande de cheval n’ayant pas à être critiqué dans cette histoire). Depuis, le grand show se déroule.

La viande était donc mise en cause et les Français ont réagi par une méfiance accrue. Selon une enquête Nielsen, 64% d’entre eux « se sentent trompés sur la réelle composition des produits alimentaires ». Ils ont certes découvert que le bœuf n’en était pas toujours. Mais les usages de l’industrie agroalimentaire, dont l’utilisation du désormais célèbre « minerai », ont également été mis en lumière. Hier les habitants de l’hexagone ont donc dit adieu aux lasagnes, raviolis et hachis parmentier de grande distribution. Aujourd’hui, ils tirent un trait sur les haricots verts: certains clients y ont découvert souris morte et gants en plastique.

Photo prise par Vincent Kluska après sa découverte

Certains se réjouissent de toute cette affaire. Ceux qui alertent, parfois depuis des années, sur la qualité des plats vendus en grande surface. Problème: les artisans, qui profitaient des remous touchants leurs concurrents, ne sont pas tout blancs. Dans son documentaire « Le beurre et l’argent du beurre », diffusé le 10 mars, France 5 dépeint les pratiques de pâtissiers qui seraient surtout pros de la décongélation.

Aux fourneaux, les Français?

Malgré tout, les artisans dont les pratiques sont parfaitement défendables existent, et leurs démarches méritent d’être mises en lumière. Elles le seront peut-être plus désormais. Ainsi la pâtisserie française s’affirme de plus en plus en pôle d’excellence.

Le paris-brest de Philippe Conticini à La Pâtisserie des rêves.

Le paris-brest de Philippe Conticini (DR)

D’excellence et de luxe. Le risque est de contraindre les français, qui ne peuvent tous préparer de A à Z leurs trois repas journaliers, à mettre la main à la poche. Certains de leurs concitoyens sont déjà parti en Belgique pour y échapper… ils auront peut-être de nouvelles raisons de les imiter. Car nos voisins semblent savoir cuisiner autre chose que les frites.

Revue de web: la nourriture fait son show

Théorème: Les grands médias nationaux parlent d’alimentation si:

  • L’information se raccroche à l’actualité politique et/ou économique. Parce que la France est en crise. Ce que les citoyens se mettent dans la bouche importe si la France en profite ou en souffre.
  • La nouvelle permet un élan de patriotisme. Parce que la France est en crise. Un petit « cocorico » permet de doper le moral (et éventuellement incite à sortir le porte-monnaie).

Démonstration en trois informations.

On en parle : 100% français

Croquants provençaux, pâtes de Savoie et truite fumée se côtoient dans ces quatre mètres de linéaire.  A Lanester (Morbihan) le supermarché Leclerc a mis en place un rayon de produits « made in France ».

Le 19 octobre 2012; Arnaud Montebourg promet le "Made in France" à la une du Parisien Magazine

Le 19 octobre 2012; Arnaud Montebourg promet le « Made in France » à la une du Parisien Magazine

Michel-Edouard Leclerc, a indiqué lundi à l’AFP que le groupe dont il est le président souhaitait tester« ce que Montebourg pourrait appeler un « marketing patriotique« . En octobre 2012 le ministre du Redressement productif déclarait qu’il s’apprêtait à « écrire aux enseignes de la grande distribution pour les encourager, comme elles l’ont fait pour le bio, à créer des rayons « made in France ».

On en parle : la France gagne

En quelques jours notre pays s’est illustré dans deux grands championnats. Au Salon mondial de la Restauration et de l’Hôtellerie (Sirha) 22 équipes se sont affrontées pour le titre de champion du monde de la pâtisserie. Après deux jours de compétition la France a remporté la médaille d’or lundi 28 janvier.

 La pièce en chocolat présentée par l’Équipe de FranceThème: Les 24 heures du Mans

La pièce en chocolat présentée par l’Équipe de France
Thème: Les 24 heures du Mans

Deux jours plus tard Thibault Ruggeri et son commis Julie Lhumeau reçoivent le Bocuse d’Or avec un « filet de bœuf dans l’idée d’un Rossini » et un turbot aux « perles d’infusion aux herbes » et « cromesquis ».

On n’en parle pas: une idée Brésilienne

La chaîne de fast-food Bob’s propose depuis le début de l’année le « premier emballage de sandwich comestible au monde ». L’entreprise brésilienne promet que cet assemblage de fécule de pomme de terre, huile végétale et eau, reproduit le goût du hamburger emballé.

Publicité pour l'emballage comestible développé par Bob's

Publicité pour l’emballage comestible développé par Bob’s

Cette initiative pourrait être soutenue par le dernier programme de l’ONU cherchant à réduire le gaspillage alimentaire.

Revue de web: le fast-food dans nos colonnes -et notre pays-

Paris: première étape d’une conquête mondiale?

Beaucoup de français connaissent ce soda sucré et ses bouteilles rouges. marque de soda. Celui qui est né apparu en 2002 dans le Morbihan. En 2012 il s’est écoulé à 15 millions de bouteilles. Le Breizh Cola était vendu uniquement en Bretagne et en Loire-Atlantique. Le lancement est prévu en février et mars dans les magasins parisiens Auchan, Carrefour et Intermarché.

original.56839.plein

Une arrivée qui mise sur la une campagne publicitaire humoristique. La marque mise sur l’amour grandissant des Français pour la région bretonne et sur une campagne publicitaire humoristique.

Et l’empire contre-attaque.

D’autres entreprises pourraient se sentir mises en danger par les initiatives du Cola breton (dont sa version à la stevia comportant 70 % de sucre en moins). Coca-Cola a lancé une campagne afin de marquer son engagement dans le combat contre l’obésité.

La marque rappelle que nombre de ses produits sont allégés. Elle cherche également à responsabiliser les consommateurs et leur conseille de faire du sport et « s’amuser en brûlant ces calories ». Inutile de dire que ces sports ont provoqués de nombreuses critiques.

Tandis que Burger King revient en terrain conquis

La chaîne américaine a quitté la France il y a 15 ans. En décembre, un restaurant a ouvert à l’aéroport de Marseille grâce à un partenariat avec autogrill. Le succès est au rendez-vous grâce aux nombreux fans de Burger King et de son hamburger mythique: le « whopper ».

Depuis l’annonce du retour de la marque, les rumeurs se multiplient. Les accros sont maintenant nombreux à réclamer un point de vente dans la capitale.

Revue de web : France et nourriture restent inséparables

La France, patrie de la baguette

The Economist titre « une bombe à retardement au cœur de l’Europe ». L’hebdomadaire britannique se livre à une attaque en règle de la France qui « pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne.

Sept baguettes rassemblées en forme de bâton de dynamites illustrent ce dossier spécial. Arnaud Montebourg n’a pas tardé à réagir. Le Ministre du Redressement productif célèbre pour sa défense du « Made in France » pourrait s’être senti piqué à vif par ce dénigrement de la boulangerie française.

« Nutella c’est délicieux »

Le groupe Ferrero se sent attaqué par l’amendement français sur l’huile de palme. Un « amendement Nutella » adopté hier par le Sénat et qui propose d’augmenter de 300% la taxation de l’huile de palme.

Crédit photo: Huffington Post

La marque contre-attaque aujourd’hui dans plusieurs grands quotidiens. Sur une double page titrée « Nutella, c’est délicieux mais pourquoi y a-t-il de l’huile de palme? » Ferrero défend l’utilisation de l’huile de palme dans la célèbre pâte à tartiner.

A l’heure du rassemblement français: le fondant au chocolat

Selon une étude TNS-Soffres sur les desserts préférés des français, le fondant au chocolat est plébiscité par 24% d’entre eux. Le palmarès établi par cette étude réalisée sur un échantillon national de 1000 place en deuxième position la mousse au chocolat puis les crêpes, l’île flottante et la tarte aux pommes.

Une étude qui met à jour d’intéressantes divergences selon l’âge et le lieu d’habitation des personnes interrogées.