Bûcheronnage d’art

La bûche de Noël est une tradition du mois de septembre. Je veux dire : pour les journalistes culinaires. En décembre, la majorité a été oubliée. Petites publicités pour quelques survivantes.

Quatre mois avant les fêtes, la magie de Noël n’agit pas.
Certains mets, délicieux dans la joie des réunions de familles (avec quelques bonnes bouteilles), sont décevants dans la morosité de la rentrée scolaire. Une bûche de Noël est alors jugée avec sévérité. Celle qui passe ce premier test gustatif doit encore résister à l’épreuve du temps. Trois sont restées dans ma mémoire, d’où l’envie de leur faire une campagne de promotion.

Façon « vous le valez bien »

Nicolas Cloiseau, je vous salue. Votre bûche Merveilleuse (de la maison du chocolat) est une merveille.
La dacquoise contient de gros morceaux de noisettes, à croquer. Le praliné donne un autre aperçu de ce fruit sec, en rondeur. Les Écureuils ascendant Gourmand seront heureux. La mousse au chocolat est à la fois dense et pas écœurante : le pur cru choisi a une note fleurie. Et l’insert citron/bergamote – un coup de maître – apporte de l’acidulé, une fraîcheur avec du caractère.

merveilleuse-La-Maison-du-Chocolat-coupée(Le prix est moins merveilleux : 95 € pour 6 à 8 personnes. Sur réservation à partir du 21 décembre)

Façon « what else » et « on se lève tous pour la cacahuète »

M. Clooney peut se rhabiller. What else ? Dominique Saibron, et sa bûche « Café crème aux noisettes ». L’amer du café rend légère la mousse de mascarpone, et s’efface de toute façon devant un praliné très rond et crémeux aux noisettes. Ne reste plus que le goût du café, qui est une gourmandise.

Bûche café noisette

La Café crème aux noisettes de Dominique Saibron

La cacahuète dans un dessert est une hantise personnelle. Or Dominique Saibron en a inséré dans la ganache au caramel beurre salé de sa bûche « Aux doigts de fée ». Et l’ensemble est plus que cohérent, entre l’amer de la mousse au chocolat, la légère âpreté, le sucre du caramel, le gras de la ganache et de la cacahuète.
Souvenir de ma dégustation : « La part est trop grosse, je ne finirais pas  … … … Ah, il n’y en a déjà plus ? »

(Mention spéciale aux deux glaçages, faits maisons, qui ajoutent vraiment quelque chose à la composition).

Bûchette individuelle à 4,90 € (dés le 5 décembre) bûche de 4 à 12 personnes de 27 à 52 € disponible dés le 5 décembre.

Façon « le goût des choses simples »

Dans la vraie vie, je n’achète jamais de gâteaux à Noël. Je préfère les préparer. Immense coup de cœur cette année pour la bûche roulée, chocolat et caramel, d’Edda Onorato.

Buche_entremets_chocolat_caramel_sans_gluten

Biscuit fort en cacao et très fondant (sans farine), ganache deux chocolats, caramel, une touche de beurre salé. Étonnamment équilibré (je ne vais pas dire « léger »).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s