Sauce de tomates

Ingrédient phare de la cuisine « italienne », indispensable des placards, sauve-repas par excellence, est la sauce tomate. Elle est parée de toutes les vertus. Et d’un (gros) défaut : elle ne goûte pas la tomate. A se demander comment les Italiens survivent en hiver. Début de réponse ici.

En hiver est la sauce-tomate. Elle est rouge. Chacun sait quel goût elle doit avoir. Et peut l’imaginer. Seulement l’imaginer : en vrai, elle est acide, sur-salée, blindée d’aromates italianisants (de l’origan, mais séché !), d’huile sans caractère …
Puis vient l’été. Et les tomates grandissent, charnues à en éclater. Elles sont si mûres que leur peau, pincée entre deux doigts, glisse sur leur chair.
Je la cuis dans un fond d’huile d’olive, à peine saupoudrée de sel et de poivre. J’enrobe des pâtes magnifiques de cette sauce de tomates.
Et deux mois plus tard, je retourne dans la saison de la sauce-tomate.

Fruits en pots

Je ne mange jamais de pâtes entomatées en hiver (vive la crème et le fromage !).
Mais récemment un Italien m’a montré ses pots de sauce. « Le but, c’était de faire une sauce tomate que même un Italien pourrait acheter ! », proclamait-il.

(Placez ici un haussement de sourcil dubitatif.)

Patrizio Miceli, le fondateur (posant ici avec sa sœur Camille) est spécialisé dans la communication pour marques de luxe ... D'où des campagnes de pub aux petits tomates.

Patrizio Miceli (ici avec sa sœur Camille), fondateur d’Al dente la salsa,  s’est spécialisé dans la communication pour marques de luxe.  (Image extraite d’une de leur campagne de pub.)

Il m’a présenté la Checca – un nom d’héroïne d’opéra. La marque, Al dente la salsa, est sous-titrée « Très bonne sauce tomate ».

(Le second sourcil rejoint le premier.)

Juste une cuillerée, froide, sur un bout de pain. Une cuillerée de mes tomates d’été. Cette sauce avait un goût de fruit. Se développent, distinctement, les goûts d’une huile de bonnes olives (ou bonne huile d’olive ?), de l’ail, du basilic, du poivre.
Voici la composition : tomates fraîches de San Marzano (90%), huile extra vierge ( 5 %), ail (1%), basilic, poivre blanc, sel.
Punto e basta.

Et en novembre naîtra le pot "Magnum" de 1 kg  ...

Et en novembre naîtra le pot « Magnum » de 1 kg …

La salsa Al tonno me « parle » moins. La faute aux tomates jaunes, que je n’ai jamais appréciées.
Puis vient l’Amatriciana (la grande sœur de Checca). Le goût de la pancetta fumée est une gourmandise carnassière. Elle attaque en début de bouche, puis reviennent les tomates, et un coup de piment.

aldente-salsa-amatricianaJe me traine depuis une envie de bucatini, en quantité totalement déraisonnable, poudrées de pecorino …

Al dente la salsa
La Checca: 12 € le pot de 340 g, 29 € pour 1 kg.
L’Amatriciana : 9 € le pot de 220 g.Vente en ligne ou en de rares épiceries fines (Le bon Marché).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s