Trois moitiés : le calcul est bon

« Mi-cantine, mi-boutique, mi-galerie » : l’équation est digne de Pagnol. Mel, Mich et Martin se sont plus mariés qu’associés : chacun est la moitié des deux autres. Le lieu, qui porte leurs noms, est une chimère.

 La carrelage patiné par des décennies de trépignements a été chiné quelques mois plus tôt. Le crépis des murs a été gratté avec rage. Les briques nues sont belles. Le miroir au cadre abimé, négligemment posé sur le sol, est d’une élégance folle.

miroir

Je ne suis là ni pour la boutique, ni pour la galerie. Mais tout ce qui est en moi n’est pas accaparé par la nourriture s’agite. Le lieu est agréable.
Je n’ai aucun intérêt pour la mode. Mais j’adore la veste militaire aux manches à motifs de dalmatiens (ceux de Disney). Avez-vous lu le Bonheur des dames d’Emile Zola ? Lorsque les grands magasins ont ouvert à Paris, les femmes ont découvert l’envie de choisir, d’acheter, de posséder. Je suis rentrée dans ce lieu comme les Parisiennes pénétrant Au bon marché en 1840.

La moitié que j’épouserais

Mel est en charge de la « moitié » cantine. Mel est la copine. La jolie copine blonde, que vous jalousez un peu mais ne pouvez vous empêcher d’aimer. Celle qui organise des soirées filles où les convives papotent et ragotent – sans méchanceté. Celle qui cuisine bien.

Ses tartes et ses cakes ne sont pas des créations de grands chefs. Non plus le résultat d’années d’expérimentations. Certains détails sont à peaufiner. La tarte aux poivrons ou le cake aux courgettes, en janvier, font sourciller. « J’en avais marre des tartes d’hiver et tartes d’automne, des potirons, marrons et champignons », explique la jeune cuisinière. « J’ai fait confiance à mon primeur », conclut-elle.

tarte

Bouchées de tarte aux épinards.

Mais ses « petits plats » – formule banale et pourtant parfaite dans ce cadre – se mangent avec plaisir. Les textures sont ce qu’elles doivent être. Les ingrédients ont le goût de ce qu’ils sont. Vous avez commandé un plat avec une idée, une envie, en tête. Vous êtes servis – dans tous les sens du terme. La tarte aux épinards est crémeuse, avec un goût de lait et de vert, mais aussi de cannelle, de gingembre et de muscade. Sans oublier le sucre des raisins et les fruits secs qui la recouvrent.
(Et Mel, je lui passe la bague au doigt juste pour son carrot cake.)

Mel, Mich et Martin
8, rue Saint-Bernard, 75011 Paris
Du mercredi au samedi de 11 h à 19 h.
Formule Bagel/soupe/salade à 10 €, bagel/salade à partir de 5 €. Dessert à 4

Publicités

Une réflexion sur “Trois moitiés : le calcul est bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s