Pop-corn Bloom’s / Préjugés : 2 – Blogueuse : 0 (2/2)

Je m’baladais sur le salon, le cœur ouvert à l’inconnu… et – de toute façon je chante comme une casserole – j’ai fait une jolie-petite-addictive trouvaille. Le pop-corn, le vrai, avec un goût et de la gourmandise, existe.

Il était une fois le tout petit stand de l’entreprise Forezia, avec trois petites tables et plein de jolis paquets. L’emballage rétro-vieillot est sympa. Les designers ont visé en plein dans la mode des recettes « tradition » ou « façon grand-mère ». Les ingrédients sont « real » et le mode de fabrication « authentically ».
Touché-coulé : je m’arrête devant du pop-corn. Précision : l’auteure de ce blog n’aime pas le pop-corn. Ce mauvais souvenir de cinéma, au bruit exaspérant et à l’odeur incommodante n’a en outre aucun intérêt gustatif. Généralement. Ces flocons tiennent plus du plastique que de la nourriture. Leur goût, agréable à la première bouchée, se limite à « gras » et « salé » ou « sucré ». Généralement.

blooms2

Donc: les sirènes du marketing gagnent, le passant innocent s’arrête et goûte.
Problème (pour la ligne : 500kcal/100g) : les choses cotonneuses sont bonnes. Juste bonnes, comme un aliment qui rend bêtement content. Le pop-corn Bloom’s est vraiment croustillant, et vraiment moelleux.(Et les préjugés prennent encore un petit coup après lecture de la liste des ingrédients : Maïs, sucre de canne, huile de maïs, sel, piment chipotle, acide citrique à partir de maïs, paprika et piment oiseau. Point.)

En toute franchise, ce pop-corn n’est ni plus ni moins que du pop-corn. La version sucre-cacahuète est anecdotique, la version classique (sweet and salty), agréable, a ce côté « répétitif » et la version sésame, plus croquante, est assez amusante.

blooms1

Mais le quatrième paquet clame haut et fort « Hot and smokey ». Là, le fabricant anglais a touché au cœur du problème. Le pop-corn sucré et salé (ce qui est agréable à tous les humains, hélas) claque dans le piment et se complexifie dans le fumé du paprika. Il n’en devient pas pour autant un objet de haute gastronomie. Il réussit juste à convaincre ceux qui n’aiment pas le pop-corn, ni la nourriture grasse et livrent une guerre sans merci au marketing féroce et à la nourriture industrielle.

(Je ne me suis pas arrêtée avant la fin du paquet).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s